Portrait du mois : Interview avec Pascal Leroy

Pascal Leroy est cavalier de concours complet et surtout homme de cheval aguerri. Il débute tout jeune l'équitation à Castres puis gravit les échelons assez rapidement jusqu'à atteindre le haut niveau.

Il cumule de nombreuses participations, places et victoires sur le circuit international avec des chevaux comme Olympe de Buissy, Ea de Petra et surtout Eesterling du Léou, Belouga de Seye, Glenburny du léou, sans oublier son partenaire actuel le téméraire et unique Minos de Petra.

Aujourd'hui il est installé à Blain (44) en région nantaise où il travaille en collaboration avec sa compagne Marion Faury. 

Quelle est votre activité aujourd'hui ?

Nous sommes pluridisciplinaires, nous avons une activité d'élevage de chevaux, d'enseignement avec le poney-club, une écurie de propriétaires et de compétition ainsi qu'une partie formation avec le sport étude et le CQPAE. D'ailleurs nous détenons le label Fédéral Sport Etude Excellence.

Quel est le programme de compétition pour vous cette année ?

C'est une année compliquée entre la rhinopneumonie et les inondations, beaucoup de concours ont été annulés. Je souhaitais aller à Aix mais le nombre de places est très limité. Avec Minos je pense à Burgley, au Grand National à Lamotte et au 3 *** de Jardy. J'ai également deux bons jeunes chevaux dont un issu de la même génétique que Minos.

Quel regard portez-vous sur la discipline du CCE aujourd'hui ?

Le CCE a énormément évolué. Auparavant, il y avait peu de monde et surtout des professionnels, la tendance s'est un peu inversée aujourd'hui avec beaucoup de cavaliers amateurs. La filière poney également a pris une grande importance et puis la discipline est beaucoup plus médiatisé qu'auparavant. Par contre, malgré la progression des amateurs on s'aperçoit que le haut niveau est un peu en perte de vitesse.

Parlez nous de Minos votre cheval ?

Minos cela fait pratiquement 15 ans qu'il est avec nous maintenant. J'avais sa mère que j'ai vendu et sa propriétaire l'a racheté pour me le confier. Ce cheval est assez difficile, il est connu partout. Je le marche au moins une heure avant de commencer à le travailler. Il a 18 ans mais le cardiaque d'un poulain, il a vraiment un tempérament de feu !